Le Vieux qui lisait des romans d’amour + Histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler

Article publié le samedi 6 janvier 2007 par P.Pac
Mis à jour le dimanche 7 janvier 2007
Deux romans de Luis Sepúlveda -CHILI- (à emprunter au CDI )

Descriptif

Deux romans de Luis Sepúlveda -CHILI- (à emprunter au CDI et à lire !!!)

Lorsque les habitants d’El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d’un homme blond assassiné, ils n’hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre. Seul Antonio José Bolivar déchiffre dans l’étrange blessure la marque d’un félin. Il a longuement vécu avec les Shuars, connaît, respecte la forêt amazonienne et a une passion pour les romans d’amour. En se lançant à la poursuite du fauve, Antonio José Bolivar nous entraîne dans un conte magique, un hymne aux hommes d’Amazonie dont la survie même est aujourd’hui menacée.

Roman écologique s’il en est, l’histoire que tisse Luis Sepúlveda se gorge d’une imagination éclatante et recèle cette part de magie issue des contes. Loin de nous donner une définition du paradis, l’Amazonie de l’auteur - qui la connaît bien pour y avoir vécu - est un lieu organique, cruel, dur et hostile. Elle n’en mérite pas moins le respect que l’on donne aux lieux qui rendent notre monde unique et dont l’existence est aujourd’hui en péril.

Zorbas le chat grand noir et gros a promis à la mouette qui est venue mourir sur son balcon de couver son dernier œuf, de protéger le poussin et de lui apprendre à voler. Tous les chats du port de Hambourg vont se mobiliser pour l’aider à tenir ces promesses insolites. À travers les aventures rocambolesques et drôles de Zorbas et Afortunada, on découvre la solidarité, la tendresse, la nature et la poésie.


Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
 
Propulsé par SPIP 2.1.19 | Squelette sandnyko 1.3.2 | Suivre la vie du site RSS | visites : 106567 | Navigateur conseillé: Firefox 2